Nouvelles

2018 Juil 05th

6,4 millions de personnes mises en danger par l’extraction d’uranium

Ce rapport a été originellement publié sur lesite webde Green Cross Suisse.

 

Étude sur l’irradiation de mines d’uranium : 6,4 millions de personnes mises en danger par l’extraction d’uranium.


Zurich, 15 juin 2018

En collaboration avec le Professeur Jonathan Samet, doyen du Colorado School of Public Health, aux États-Unis, Green Cross a publié la première étude détaillant les répercussions sur la santé dans les régions environnantes, liés à l’extraction d’uranium.

L’extraction d’uranium comporte un risque élevé d’irradiation pour l’environnement et la population, avec le risque inhérent de la détérioration de la santé des personnes touchées. Les résultats de l’étude montrent que près de 6,4 millions de personnes sont exposées aux rayonnements de près de 230 sites d’extraction d’uranium situés près ou dans des zones résidentielles.

Pour l’enregistrement de l’exposition aux rayonnements, tous les sites miniers d’uranium ont été analysés, qu’ils soient en activité, actifs ou prévus. À travers le monde, il y a 13 entreprises exploitent l’extraction d’uranium, qui fournissent leurs produits à 444 centrales nucléaires actives. 63 autres usines sont actuellement en construction. Alors que l’Europe et l’Amérique du Nord étaient auparavant les plus gros producteurs d’uranium, représentant plus de 30% de la production mondiale, les principaux producteurs sont actuellement des pays comme le Kazakhstan (39%), le Canada (22,5%), l’Australie (0,1%), le Niger (0,05%), la Namibie (0,05%) et la Russie (0,04%). Les 38,26% restants proviennent de nombreux autres pays.

L’étude met également en évidence le fait que les populations autochtones sont touchées de manière disproportionnée par l’irradiation, en particulier en Australie, en Afrique et aux États-Unis. Les populations autochtones sont touchées de manière disproportionnée par les irradiations provenant des sites miniers d’uranium, bien qu’elles ne représentent qu’une petite partie de la population. Par le passé, aux États-Unis, il était courant d’exploiter de l’uranium dans de petites mines, connues sous le nom de «huttes». Il y a un grand nombre de ces mines situées dans des territoires habités par les Navajos, qui restent préoccupantes aujourd’hui. A l’heure actuelle, la multinationale nucléaire française Orano (anciennement Areva) exploite des mines d’uranium dans la région touarègue du Niger, où quelque 160 000 personnes sont exposées aux risques de l’irradiation. Selon les recherches de Green Cross Suisse, les centrales nucléaires suisses s’approvisionnent en uranium auprès d’Orano.

Les sites situés près des mines d’uranium sont exposés à des matières radioactives par l’intermédiaire de résidus, de réservoirs d’eaux usées et de la réutilisation de matériaux contaminés dans la construction. En outre, la santé des villageois est affectée par la propagation de poussières provenant des terrils, dans les champs et les pâturages, dans l’eau et dans les zones habitées. Les produits agricoles et animaliers entrent également en contact avec les résidus miniers, sous-produit du traitement de l’uranium, ce qui entraîne leur contamination.

L’étude détaillée (en anglais) peut être téléchargéeici.


Chief Oren Lyons prononçant son discours

Bern, 5 juin 2018

L’intervenant invité Chief Oren Lyons, chef de tribu spirituel du clan des Tortues, du Conseil des chefs d’Onondaga, des Haudenosaunee et de la Confédération des Iroquois des Six Nations, a prononcé un discours impressionnant sur la contamination des sites miniers d’uranium. La vidéo de son discours peut être consulté ci-dessous :

Lien vidéo :The Importance of Peace and Being a Part of Nature

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

Un projet minier menace l’un des réservoirs d’eau les plus importants d’Europe

2018 Août 28th

Communiqué de Presse – 28 Août 2018 Les autorités suédoises interpelées alors que la Semaine mondiale de l’eau s’ouvre à Stockholm. Mardi 28 Août 2018, Genève Suisse –– Green Cross Suède, Green Cross International et le collectif local Urbergsgruppen Grenna-Norra Kärr, accusent le projet minier du groupe Tasman Metals AB d’être dangereux pour la santé […]